lundi 18 septembre 2017

Jeux Vidéos : Pan-Pan, Monument Valley & Zelda - The Minish Cap

Quelques jeux vidéos qui sont venus alimenter notre réservoir d'idées et d'influences pour nos aventures à venir.

Si vous lisez ce Blog régulièrement, vous avez constaté que point de vu jeux vidéos, nous sommes plutôt attirés (avec mon Fils), vers les jeux rétros de type 8Bits ou les jeux Indépendants aux univers singuliers. Pas que certes mais c'est le type de jeux qui nous éclatent le plus et dans le style on vient de découvrir Pan-Pan :



















Le scénario de Pan-Pan est plutôt simple : la navette de votre personnage s’est crashée sur une planète inconnue mais, heureusement pour vous, les habitants locaux sont plutôt amicaux et retaperont gratuitement votre vaisseau à condition que vous trouviez les pièces maîtresses de ce dernier, parsemées dans ce monde étrange !

















Le gameplay suit la même ligne directrice que le récit: la simplicité. En effet, toute la jouabilité tient dans la main, au sens propre du terme puisque vous n’avez besoin que de votre souris (ou manette) pour déplacer votre astronaute ! A vous d’explorer le petit monde sur lequel vous avez échoué en pensant surtout à ouvrir les yeux et à enclencher vos neurones car les puzzles présents ne seront pas forcément évidents !


















Pan-Pan ne plaira pas à tout le monde ! Très simpliste, épuré mais débordant de couleurs, le soft qui pourtant ne paie pas de mine au premier abord séduit très vite grâce à sa réalisation quasi enfantine. Le titre nous donne presque l’impression de participer à l’élaboration d’une histoire d’aventure, que l’on conterait à ses gamins avant de les mettre au lit.

















De fait, si vous vous attendez à ce que tout vous soit expliqué, révélé dans les moindres détails, vous pouvez vous gratter ! Vous allez surtout devoir enclencher votre sens de l’observation et votre logique de déduction pour des énigmes qui peuvent sembler un peu galère au départ. On vous rassure: au final, quand on comprend les mécaniques du jeu, tout s’enclenche rapidement et on prend plaisir à parcourir les différentes zones de ce petit monde.

















La bande-son, quant à elle, est mignonnette tout comme les voix des personnages. Jamais envahissante, on pourrait même lui reprocher sa trop grande discrétion par moment.























Pan-Pan est un soft qui laisserait presque de marbre, mais pourtant il mérite que l’on s’y attarde. Pleins de couleurs, de bons moments même si on patauge au départ, le jeu au design pop séduit de par sa simplicité et l’intelligence de ses puzzles. Ce jeu nous en a rappelé un autre auquel nous avons beaucoup joué et dont je profite pour parler : Monument Valley.









































Monument Valley est un voyage surréaliste qui prend place dans une architecture fantastique à la géométrie impossible. Le joueur devra guider Ida, princesse silencieuse, et traverser un monde magnifique peuplé de corbeaux jacasseurs et de golems. Le jeu est présenté en perspective isométrique. Le joueur doit aider Ida à trouver son chemin vers la sortie de chacun des niveaux.

Le jeu comporte dix niveaux appelés chapitres de difficulté croissante.






















La musique s'inspire des travaux ambient de Brian Eno.

Les dessins sont en partie inspirés par les gravures de l'artiste néerlandais Maurits Cornelis Escher, connu notamment pour ses représentations d'objets impossibles. Il faut que je me prenne le 2 d'ailleurs, vais y penser.










































Pour terminer, un bon vieux Zelda initialement sorti sur Game Boy Advance: The Legend of Zelda - The Minish Cap.

















Les Minishs qui aident Link dans ce jeu font leur première apparition avec ce jeu. Pour les habitants d'Hyrule, ils sont une légende : d'une taille miniature, ils ont aidé les hommes il y a fort longtemps. Ils sont cependant visibles des enfants et vivent dans les greniers, les arbres et les fissures des murs et montagnes. Link rencontre les Minishs grâce à Exelo, un chapeau vivant, qui devient son allié et lui permet de rapetisser. Il découvre ainsi les peuples Minishs : sylvestres dans la forêt du sud-est, forgerons dans la montagne du nord-ouest et citadins cachés dans la ville d'Hyrule.

















La porte vers le monde des Minishs ne s’ouvre que tous les 100 ans. Lors de la fête qui précède l'ouverture de la porte, Vaati lance un sort à la princesse Zelda qui la transforme en statue de pierre. Durant ces événements, Link, l'ami d'enfance de la princesse est présent et décide de tout faire pour sauver Zelda. Plus tard, Link rencontre Exelo un chapeau qui doit sa forme à Vaati, son apprenti, qui lui a dérobé un chapeau qui exauce les vœux de son porteur, et qui décide d'aider Link dans sa quête.





















The Legend of Zelda: The Minish Cap est le second jeu de la série des Zelda sortie sur Game Boy Advance, le premier fut une adaptation de The Legend of Zelda: A Link to the Past, sorti sur Super Nintendo, complété, sur la même cartouche, de The Legend of Zelda: Four Swords, premier Zelda basé intégralement sur le multijoueur. The Legend of Zelda: The Minish Cap reste dans l'esprit de ses prédécesseurs, même si le style graphique s'adapte aux goûts des joueurs actuels.





























On y retrouve les éléments qui avaient fait le succès de la série, comme les bracelets de force, l'arc, le boomerang, etc. L’originalité de ce jeu se trouve dans le chapeau, Exelo, que Link trouve dans cet épisode. Il lui permet de rétrécir puis de retrouver sa taille normale, ceci aide particulièrement lorsqu’on désire passer dans des endroits normalement inaccessibles, comme par exemple passer dans des trous de souris, grimper sur des nénuphars, tout en faisant attention aux rats et à la pluie dont les gouttes sont aussi grosses que lui. Ce jeu explore ainsi le principe de la double utilisation de l'espace, en effet, tout en restant rigoureusement le même, l'espace n'est pas appréhendé de la même façon par le grand Link et le petit Link.





















Autres détails, les fragments de bonheurs. Ce sont des moitiés de médaillons que Link trouve un peu partout dans le monde. En discutant avec les villageois (ou autres PNJ), il peut comparer leurs fragments de bonheurs aux siens, s’il en possède un qui correspond à ceux d’un des personnages du jeu, un phénomène se produit (l'apparition d'un trésor, l'ouverture d'une porte secrète, une aide à une personne, etc.) et apparaît sur la carte, rapprochant ainsi ce jeu des collecting games.

Voila, la prochaine fois je parlerais de films et d'animés entre autre.





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire