jeudi 25 mai 2017

Nouvelles du front - Omniverse, Multivers, Marvel... Figurines et inspirations

Ca fait bien 3 semaines que je n'ai rien posté sur mon blog, je n'ai pas chômé pour autant, simplement j'ai commencé un nouveau boulot il y a un mois et après 12 ans dans la même activité, il faut un temps d'adaptation à une nouvelle entreprise. Mais j'ai quand même fait quelques trucs, beaucoup de ressoclages de figurines et pas mal de chine dans les vides greniers pour de futurs bricolages.


On s'est vu pas mal de films aussi ces dernières semaines avec mon fils notamment les Gardiens de la Galaxie 2 et dans la foulée on s'est revu le 1 et je pense qu'on est pile poil dans le genre d'ambiance qu'on a envie de développer pour nos aventures.



















D'abord un petit speech sur les Gardiens de la Galaxie :



À l’origine, un groupe de quatre garçons dans le vent dont la première apparition remonte à Marvel Super Heroes #18 sorti en janvier 1969.








































Comme vous pouvez le constater, la composition de cette première version n’a absolument rien à voir avec les versions ciné et bédé actuelles. Dans le contexte toutefois, l’idée reste la même : réunir de parfaits inconnus d’origine extraterrestre que tout oppose, si ce n’est une menace improvisée sur le tas et un fort instinct de survie. D’où la comparaison évidente avec les Avengers, d’où la mise en place d’un plan marketing audacieux autour d’une nouvelle licence avec de gros points communs, chapeauté et vendu comme une version co(s)mique.


L’histoire racontée en 1969 n’a pourtant rien à voir avec les réécritures modernes de Josh Whedon et James Gunn. Tout débute au 31 ème siècle dans une réalité parallèle. En mille ans la Terre a eu le temps de franchir les limites du système solaire et de se faire annihiler par les Badoons, race de méchants hommes verts conquérants et pas super sympa du moment.


De gauche à droite sur la cover ci-dessus, voici les quatre membres du roaster initial :


– Major Vance Astro, l’humain de la bande et astronaute qui a passé les 1000 dernières années à voyager jusqu’à Alpha Centauri, plongé en animation suspendue. Il est vêtu d’une combinaison l’empêchant de vieillir dont il ne peut se séparer sinon, bah, il vieillit très vite et meurt ;


– Charlie-27, un soldat de Jupiter issu d’un mouvement migratoire terrien cinq générations plus tôt. Son corps a été modifié pour supporter les conditions de vie de la planète. Charlie-27 est quelqu’un de super robuste et qui subit pas encore la discrimination banale du numéro de département devant le pseudo ;


– Martinex T’Naga, un scientifique plutonien dont le corps est couvert de sortes de miroirs très résistants lui permettant de résister à de très hautes températures. Il peut générer un rayon réfrigérant, pratique l’été et plutôt amusant en soirées ;


– Yondu Udonta, guerrier primitif originaire de Centauri IV. Clairement, c’est l’écolo de la bande qui parle aux arbres. Il se bat avec un arc et utilise des flèches conçues avec un alliage unique qui lui permet de contrôler leurs trajectoires en sifflant à une certaine fréquence.
Tous les quatre sont les derniers représentants de leur espèce, et seul le personnage de Yondu est repris dans le film, incarné par un Michael Rooker ravi d’être là.
Magie des voyages dans le temps, tous les quatre apparaissent à plusieurs reprises aux côtés des super héros bankables de l’époque (Captain America, La Chose, Thor). Puis, un beau jour, sur les coups de juin 1990, ils sont enfin réunis dans leur propre titre : Guardians of the Galaxy v1.






































Leurs aventures se déroulent toujours au 31ème siècle, au fin fond de l’espace à mater des menaces de tous poils. Le groupe s’agrandit de quelques membres à la manière des Avengers aux multiples formations. Tout va pour le mieux jusqu’à l’arrêt du titre après 62 numéros, en 1995.
Magie des changements éditoriaux et des films qui explosent des records d’entrée, toute la fine équipe des origines revient dès le mois d’octobre de cette année dans Guardians 3000, leur propre titre, second titre estampillé « Guardians » en marge du titre actuel (Guardians of the Galaxy v3). Les fans seront ravis : la série sera scénarisée par Dan Abnett, l’un des cerveaux derrière le retour des Guardians tels que nous les connaissons (la v2), en 2008.





Les cinq membres que nous présente la version ciné sont issus d’une nouvelle version de l’équipe, conséquence directe du cross-over cosmique Annihilation. Grosso modo, il s’agit d’une giga guerre intergalactique qui réunit toutes les figures cosmiques du monde Marvel (Silver Surfer, Drax, Nova, Super Skrull, Ronan l’accusateur, Quasar, etc.) contre les vagues d’Annihilus, une sorte d’insectoïde très énervé contre tout ce qui bouge et respire de ce côté de l’univers.
Le monstre vaincu, une partie des vainqueurs décide de continuer à régler tous les petits tracas de l’espace dans Guardians of the Galaxy v2 en 2008.







































Comme la v1, ce qui se présentait comme une réunion désespérée autour d’une cause commune devient le point de départ d’un groupe hétéroclite, composé de nouvelles têtes : Star-Lord, Rocket Raccoon, Quasar, Mantis, Adam Warlock, Gamora Drax et Groot.
Quoique, nous verrons un peu plus bas qu’ils n’ont rien de nouveau.
Fun fact fun : le titre porte le nom de “Guardians of the Galaxy” mais l’équipe n’adopte ce nom qu’un peu plus tard, en retrouvant le Major Vance Astro (l’un des membres de la v1) dans un bloc de glace issu d’une faille temporelle, dès les premiers numéros de la v2. Clin d’oeil très appuyé à Captain America, aux Avengers, au cas où vous n’auriez pas bien saisi la référence. D’ailleurs les membres de la v1 viendront faire un petit coucou pour boucler la boucle.
Succès plus éphémère : en 2010, au bout de 25 chapitres et quelques spin offs, la série s’arrête. En parallèle la phase 1 des films Marvel se met gentiment en place, Avengers est en tournage. Les premières bases d’un plan machiavélique sont posées, les personnages peuvent retourner hiberner en attendant qu’on leur prépare un retour en fanfare.
















Seulement 25 chapitres (contre 62 pour la première mouture), mais c’est un fait : Peter Quill, Rocket Racoon, Gamora, Drax et Groot, les cinq membres les plus récurrents de la formation, font partis intégrante de la marque “Guardians of Galaxy”. À tout jamais.
La suite, vous la connaissez, le film est en chantier et Marvel Now! ressuscite le concept pour supporter le casting. Guardians of the Galaxy v3 voit le jour en avril 2013, centré autour de nos cinq losers magnifiques. Plus Iron Man dans une armure de l’espace dernier cri, le temps de quelques numéros.
Avant de rejoindre la v2, bien avant la période Annihilation, les membres de ce groupe qu’on nous vend depuis un bon moment ont commencé leur carrière chacun de leur côté, dans les années 60-70, comme tout bon classique de l’écurie Marvel qui se respecte.






































Avant de réussir l’exploit d’être l’homme-tronc le plus choupi de la galaxie, Groot n’était qu’un envahisseur alien parmi tant d’autres dans les années 60. Originaire de la Planète X, avec un fort penchant pour l’expérimentation sur les êtres humains, il sera au final complètement réécrit et perdra au passage quelques mots de vocabulaire.






































Saviez-vous que Rocket Raccoon est inspiré de la chanson des Beatles Rocky Raccoon ? Moi non plus, merci Wikipedia des internets. Il portait toutefois le même prénom, Rocky, durant sa première apparition en 1976 dans Marvel Preview 7, avant d’être définitivement renommé en Rocket pour éviter tout problème de droit.
Plus tard, dans The Incredible Hulk 271, on en apprend un peu plus : Rocket Raccoon est originaire du Halfworld, un monde peuplé d’animaux conscients qui ont subi des expériences pour se comporter comme des humanoïdes.
Le reste est assez classique : Hulk s’associe à Rocket Raccoon, le raton laveur qui parle, et son pote Wal Rus (un morse qui parle) pour lutter contre Judson Jakes, un industriel peu fréquentable, et accessoirement, une taupe qui parle.
Heureusement, Rocket Racoon s’échappe très vite de ce joli foutoir pour devenir le flingueur intersidéral que tout le monde connaît.






































Les lois du marketing se sont chargées du reste de sa destinée : une apparition dans le prochain Disney Infinity 2.0, un dessin animé GotG en cours de réalisation et sa propre série papier, écrite et illustrée par Skottie Young, l’homme derrière les Baby Variant Covers des titres estampillés Marvel Now!






































Les origines de Drax.
D’origine terrienne, Arthur Douglas rentrait tranquillement d’un show d’Elvis Presley à Las Vegas avec sa petite famille. Sur la route il tombe nez à nez sur Thanos, fraîchement débarqué sur Terre, à bord de son vaisseau spatial toutes options. Ce dernier, plutôt susceptible de s’être fait surprendre, atomise sa voiture et laisse le pauvre homme et sa famille pour mort. Mentor, le père de Thanos, assiste à la scène et parvient à canaliser l’âme de monsieur Douglas avant qu’elle ne disparaisse dans une autre dimension. Avec l’aide de son père Kronos (le père de Mentor et le grand-père de Thanos), il lui donne une seconde chance en le faisant renaître dans le corps d’une véritable machine à tuer pour se venger.
Annihilation et le film ne retiendront que cette équation, plus simple :








































Et Gamora, dans tout ça ? Voici sa première apparition.








































Elle apparaît bien pour la première fois dans Strange Tales 180 aux côtés de Warlock (un personage cosmique d’importance, l’équivalent pipou de Thanos et l’un des easter eggs les plus prometteurs du film). Comme dans le film elle n’usurpe pas son titre de « femme la plus dangereuse de la galaxie », à la seconde où elle apparaît. Il faut dire qu’elle a été recueillie, entraînée et modifiée génétiquement par Thanos. Ça fait toujours bien sur le C.V.


Bien entendu, ce n’est pas elle sur la cover ci-dessus.


Drax et Thanos sont en quelque sorte les éléments à l’origine du film. En 2004, deux mini-séries liées à ces deux personnages ont servi d’introduction à la grande saga imaginée en grande partie par Dan Abnett et Andy Lanning, le fameux cross-over Annihilation, qui a remis tout le gratin du cosmos sur le devant de la scène.


















Thanos, le mec tout violet à la fin de The Avengers, l’ennemi numéro 1 de l’univers Marvel depuis près de 40 ans, le possesseur du gant de l’Infini dont nous avons aperçu l’une des six gemmes (la gemme de l’esprit) dans The Guardians of the Galaxy.


Thanos, natif de Titan, amant de la Mort et chambouleur du cosmos à ses heures perdues pour l’impressionner.




















Il en manque un, non ?








































Peter Quill alias Star-Lord. Mi-humain, mi-autre chose.


Avant d’être la parfaite réplique d’Han Solo, Peter Quill se présentait dans Marvel Preview 4 comme un personnages aux origines surnaturelles, né pendant un phénomène astrologique très rare. « Retconné » dès le lancement de la v3 il y a un peu plus d’un an, Peter perd ce côté exagérément providentiel pour devenir un personnage plus consensuel, plus facilement identifiable aux canons du cinéma moderne. Une sorte de John McClane de l’espace, celui qui tombe au mauvais moment, systématiquement sur le mauvais extra-terrestre.


Nota bene : un retcon est une réécriture des origines. On y insère des éléments ni vus ni connus ou on y change des pans entiers de l’histoire dudit personnage. Cela arrive de plus en plus souvent pour redonner un coup de fouet à des éléments un peu vieillots, plus très raccords avec le monde moderne. Ou plus bêtement, pour coller avec ce que nous raconte la version ciné. Je ne vous cache rien, les rôles se sont inversés et les comic books sont devenus les produits dérivés des films. C’est comme ça.


En attendant, le comic book n’attend que trois pages pour faire les présentations père/fils.








































L’histoire et le film conservent toutefois le même point de départ tragique : une mère qui disparaît violemment au début pendant que papa s’amuse dans les étoiles. Le film ne pouvant reprendre les Badoons pour des questions de droit, on nous ressort le coup du cancer. Rebutant pour une entrée en matière, mais pas si maladroit sur le long terme avec le coup de l’Awesome Mix. Le personnage s’ancre d’une autre manière dans un conflit irrésolu avec le père, peu importe où il est planqué finalement.


Histoire : Après la Guerre de l’Annihilation, puis la conquête de l’empire kree par les Phalanx, Star-Lord (Peter Quill) décida de former une équipe de héros interstellaires pour protéger la galaxie et empêcher le développement des crises plutôt que de simplement réagir après le début de celles-ci. A cette fin, il contacta Mantis, la convainquant de son projet ; avec elle, il entra en contact avec d’autres héros, utilisant les pouvoirs mentaux de Mantis pour influer sur l’esprit de ses candidats afin de s’assurer de leur réponse positive à sa proposition. Ainsi, Drax le Destructeur, Gamora, Quasar (Phyla-Vell), Rocket Raccoon et Adam Warlock formèrent avec Quill cette équipe de héros, décidant, sur les conseils de Nova (Richard Rider), de s’installer dans la base spatiale de Nulle Part, au cœur du vide interdimensionnel, Mantis, avec l’aide de Cosmo, le chef de la sécurité de Nulle Part, jouant le rôle de support logistique à Nulle Part. Les Gardiens commencèrent leurs actions par un heurt avec la nouvelle Eglise Universelle de la Vérité, avant de découvrir une masse de glace issue des Limbes, au sein de laquelle ils découvrirent Vance Astro – le Major Victoire des Gardiens de la Galaxie de la Terre-691. Une fois celui-ci ranimé, ses explications décidèrent les héros à baptiser également leur groupe, jusque là anonyme, les Gardiens de la Galaxie. Ils affrontèrent de nouveau l’Eglise Universelle alors que Astro, qui se remettait du choc de se réveiller dans son passé, fut attaqué à Nulle Part par une nouvelle incarnation de son ancien coéquipier Starhawk. Celui-ci put être maîtrisé et immobilisé, refusant initialement de parler, avant d’accuser Astro d’être responsable de fluctuations temporelles qui menaçaient l’existence même de l’univers. peu après, alors que la Terre était attaquée par les Skrulls, la sécurité de Nulle Part repéra d’autres Skrulls à bord de la station. Les Gardiens et Cosmo enquêtèrent, découvrant que les Skrulls de Nulle Part étaient en réalité des pacifistes venus se réfugier sur place pour échapper à leurs congénères ; cependant, cette confrontation amena les Gardiens à découvrir les manipulations mentales dont ils avaient fait l’objet et plusieurs d’entre eux, furieux, quittèrent alors le groupe.

Alors que Drax et Quasar d’un côté, Adam Warlock et Gamora de l’autre, quittaient Nulle Part pour poursuivre leurs propres activités, Star-Lord se rendit dans l’empire kree où Ronan l’exila dans la Zone Négative pour le punir de sa responsabilité dans l’invasion des Phalanx. Demeuré seul, Rocket Raccoon, qui demeurait déterminé à préserver les Gardiens, recruta Groot, Vance Astro et Bug, et intégra également Mantis aux opérations sur le terrain. Pendant que le groupe combattait les Badoon, Star-Lord fut capturé par Blastaar et dut s’introduire dans la Zone 42, la prison pour surhumains construite par la Terre. Avec Jack Flag, un prisonnier de la Zone 42, Star-Lord put entrer en contact avec les Gardiens qui vinrent le récupérer ; à Nulle Part, Jack Flag, tétraplégique après une bataille contre les Thunderbolts, décida de rester sur place et intégra à son tour les Gardiens. Drax et Quasar, alors qu’ils étaient initialement partis à la recherche de la jeune Cammi, réussirent à ramener Dragon-Lune de la dimension du Néant, même si Phyla-Vell devint du coup le nouvel avatar de la mort sous le nom de Martyr ; ensemble, le trio décida de revenir auprès des Gardiens. De leur côté, Adam Warlock et Gamora poursuivirent leurs recherches sur l’Eglise Universelle ; apprenant le déclenchement d’une guerre entre les Krees et les Shi’ar, ils regagnèrent Nulle Part pour avertir les Gardiens. Star-Lord décida d’organiser deux équipes diplomatiques à destination des deux empires pour négocier la paix ; alors que Cosmo, Dragon-Lune et Mantis demeuraient sur Nulle Part pour coordonner les actions, Star-Lord prit la tête de la première équipe qui se rendit chez les Krees, désormais dirigés par Flèche noire, le souverain des Inhumains, alors que Rocket Raccoon dirigeait le second groupe chargé de négocier avec les Shi’ar de Vulcain. Tandis que la mission de Star-Lord essuyait un net refus de Flèche noire, l’autre équipe fut séparée, Warlock se retrouvant seul face à Vulcain alors que le reste du groupe rencontrait les Star-Jammers, opposants au règne de Vulcain. Warlock affronta deux hommes et plusieurs Gardes impériaux ; durant le combat, Magique fut capable de marquer mystiquement Warlock afin de pourvoir le retrouver. Pendant ce temps, Martyr prenait Crystal en otage pour obliger les Inhumains à mettre un terme à la guerre ; les deux groupes de Gardiens se retrouvèrent alors à Nulle Part, où ils furent suivis par les Gardes impériaux, grâce au sort de Magique, et les Inhumains, grâce aux pouvoirs de Gueule d’or. La bataille fit rage sur Nulle-Part, jusqu’à ce que les Inhumains récupèrent Crystal et regagnent Hala. De son côté, Warlock réussit à transférer sa marque sur Magique elle-même, conduisant les Shi’ar à tirer sur la Garde impériale au lieu de Warlock. Déstabilisés, les Shi’ar furent alors téléportés de force hors de Nulle-Part.

Peu après, Star-Lord, Mantis, Bug, Jack Flag et Cosmo furent emmenés au trente-et-unième siècle par les Gardiens de cette époque, qui les avertirent de la prochaine apparition d’une déchirure de l’espace-temps appelée la Faille au terme de la guerre en cours. Piégés dans l’avenir, le groupe de Star-Lord fut néanmoins capable d’adresser un message à Adam Warlock dans le présent mais ce dernier fut incapable d’empêcher la création de la Faille ; il fut néanmoins capable de lancer un sortilège qui put en stopper la progression. Cependant, l’effort consenti l’amena à redevenir le Magus, sa personnalité maléfique. L’équipe de Star-Lord fut sauvée par Kang le Conquérant, qui leur confia un Cube cosmique, et regagna son époque d’origine au moment de la transformation de Warlock ; un combat s’en suivit entre les Gardiens et le Magus qui coûta apparemment la vie de Mantis, Cosmo, Major Victoire, Martyr et Gamora. Star-Lord utilisa alors le Cube cosmique pour neutraliser les pouvoirs du Magus et lui tirer dans la tête, là aussi semblant le tuer. Mais, en fait, le Magus avait utilisé ses pouvoirs pour simuler le résultat du combat, se faisant passer pour mort et emmenant avec les Gardiens « morts » pour les livrer à l’Eglise universelle de la Vérité, qui commença à les torturer. Mais Martyr réussit à se libérer, bientôt rejointe par ses coéquipiers. Mais Martyr fut manipulée par le spectre de Maelström afin de libérer Thanos, revenu à la vie dans un cocon semblable à ceux de Warlock. Thanos et le Magus furent vaincus par les Gardiens réunis mais au prix de la vie de Martyr, tuée par Thanos. Les Gardiens regagnèrent Nulle-Part, où Thanos fut emprisonné.

Bientôt, l’univers commença à être envahi par des forces venues du « Cancervers », la réalité de l’autre côté de la Faille. Les Gardiens de la galaxie rejoignirent le combat et, réalisant que les forces du Cancervers étaient trop puissantes, ils décidèrent d’emmener Thanos au cœur de cette réalité afin d’y mettre un terme en restaurant la Mort qui avait été bannie du Cancervers. Durant le trajet, Drax, incapable de résister à son besoin de tuer le Titan, attaqua ce dernier mais fut alors tué par Thanos. Poursuivant sa mission, le groupe réussit finalement à restaurer la Mort au cœur du Cancervers, mettant un terme au danger représenté par celui-ci. Toutefois, quand Thanos, furieux d’avoir été lui-même ressuscité, promit de tuer tout l’univers, Star-Lord et Nova (Rider) restèrent sur place afin de l’empêcher de regagner la Terre-616 tandis que les autres Gardiens s’échappaient du Cancervers. Avec la disparition de Star-Lord, les Gardiens se séparèrent. Continuant à croire à leur cause, Cosmo recruta peu après plusieurs autres héros, au sein des Annihilateurs, mais le groupe ne perdura guère.

Quelques mois plus tard, Rocket Raccoon et Groot se retrouvèrent et décidèrent de reprendre l’héritage des Gardiens de la galaxie après que les deux amis eurent empêcher une catastrophe sur le monde natal de Rocket, le Demi-Monde. Puis, aussi bien Star-Lord que Drax le Destructeur réapparurent, dans des circonstances inexpliquées ; bientôt, rejoints par Gamora, ils reformèrent alors tous les cinq les Gardiens de la galaxie, venant rapidement en aide aux Avengers contre Thanos, également revenu dans la réalité de la Terre-616. Peu de temps après, le père de Star-Lord et souverain des Spartoï contacta son fils pour signifier la mise en quarantaine de la Terre ; cependant, les Badoon, ignorant l’interdiction, profitèrent de la situation pour attaquer la Terre, poussant les Gardiens, rapidement rejoints par Iron-Man, qui intégra alors le groupe, à intervenir et repousser les extra-terrestres. Ce faisant, ayant violé l’interdiction d’entre en contact avec la Terre, les Gardiens furent capturés par les Spartoï. Les héros purent toutefois leur échapper avec l’aide de Groot ; pendant que Stark poursuivait ses aventures spatiales, les autres Gardiens firent la rencontre de l’extra-dimensionnelle Angéla, projetée dans la réalité de la Terre-616 après les perturbations spatio-temporelles causées par les héros de la Terre. Prenant initialement Angéla pour une menace, les Gardiens l’attaquèrent mais eurent du mal à la maîtriser ; après avoir découvert qu’elle ne représentait pas une menace pour la Terre, ils la libérèrent, l’escortant sur la planète. Lorsque les forces de Thanos attaquèrent la Terre, profitant du départ d’un grand nombre d’Avengers, les Gardiens vinrent en aide au SWORD et sa directrice, Abigail Brand, quand celle-ci lança un appel de détresse. Angéla répondit également, rejoignant ainsi les rangs des Gardiens, tandis qu’Iron-Man quittait le groupe une fois la paix revenue.


Dans la foulée du film j'ai acheté ce livre qui me faisait pensé à une sorte de manuel pour Jdr : Marvel, le Guide du Cosmos.




On y découvre planète, empires extra-terrestres, entités cosmiques, royaumes divers et autres réalités de l'univers Marvel et une foultitude d'idées pour un Multivers déjanté comme celui dans lequel on veut jouer.


Avec mon fils on a fait le point et constaté que c'est ça qui nous plaît, aucunes limites à croiser dans nos aventures des entités cosmiques géantes ou des dieux ou encore des super-héros ou diverses références de la Pop Culture Geek. On en ai même venu à rapprocher l'univers déjanté des Gardiens de la Galaxie et bien moins strict que celui de par exemple Starwars, à des séries comme Cobra, Capitaine Future (Capitaine Flam) voire même Futurama que l'on adore. Donc voilà vers quel créneaux on va aller.
























Et les quelques photos de figurines diverses et variées que vous verrez ci-dessous et qui sont nos derniers achats vont dans ce sens, pas de limites à l'imagination et à la déconne :

















































Je reviendrai prochainement sur certaines de ces figurines pour vous dire leur provenance et comment je les vois dans notre univers de jeu.


Bon je voulais aborder un autre sujet sur quelques films Japonais que l'on a vu récemment mais ça sera l'objet d'un prochain Post car ma femme nous attend pour manger...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire