mardi 20 octobre 2020

N.O.M.A.D.I.C. Horror Time Masks Halloween Ad

Little Billy: HALLOIIIEEN Promo #4 (2018)

Tales from...

Le tenancier de ce site qui est apparemment tatoueur à la base, publie et commercialise une série de posters assez sympathiques et bien en phase avec la période. Il reprend des grands classiques du cinéma d’horreur, et pas que, et les réinterprète à la sauce des vieux comics d’épouvante des années 50 / 60 type EC Comics...











lundi 19 octobre 2020

Contexte - Metropolis, Mythes et Cyberpunk

Metropolis est un film de science-fiction allemand réalisé par Fritz Lang, sorti en 1927. C'est aussi devenu, à la fin des années 50, un manga né de la plume d’Osamu Tezuka, et crée à partir d'une photo du Metropolis de Fritz Lang, d'où une différence d'histoire malgré un univers commun. Témoin des traumatismes de la guerre, Tezuka y exprimait sa méfiance envers les dérives de la haute technologie.




A la mort du dessinateur en 1989, Shigeyuki Hayashi, plus connu sous le pseudo de Rintaro, vétéran de l’animation nippone soumet à Otomo (le père d'Akira) l’idée d’adapter le manga en film d’animation. Je l'ai vu il y a quelques années avec mon fils et nous avions vraiment beaucoup apprécié cette oeuvre hybride au croisement d'une esthétique rétro et du cyberpunk.




À Metropolis, une cité futuriste, humains et robots cohabitent, mais vivent dans des espaces bien délimités. Dans une atmosphère baignée par la musique jazz, cette cité est le théâtre d'une enquête de police menée par un inspecteur japonais et son jeune neveu, Kenichi, au sujet d'un savant accusé de trafic d'organes, le docteur Laughton, qui est au service de l'homme le plus puissant de la ville. Celui-ci utilise les services du savant pour créer un robot ultra-moderne, ayant l'apparence de sa défunte fille, Tima. Ce robot est la clé d'une arme secrète destinée à lui assurer la domination du monde, la Ziggurat, une haute tour à l'image de la tour de Babel, conçue pour égaler Dieu.




À la suite de l'assassinat du Dr Laughton, Tima se retrouve un temps perdue dans la cité gigantesque, et rencontre Kenichi, avec qui elle échappe à de nombreux dangers, et dont elle souffre cruellement d'être séparée, pour accomplir son destin de domination. Kenichi ne veut pas laisser Tima se transformer en un robot froid et dominateur qui tente de détruire l'espèce humaine.




La représentation de la ville est incroyable, dégénérescence de l’architecture moderne, Metropolis est un assemblage composite d’artères aériens, de labyrinthes souterrains, de tunnels et d’escaliers vertigineux, surplombés par d’immenses terrasses exposées au soleil. Le ciel est lui-même saturé par un immense réseau de trains rapides et de montgolfières.

La tour Ziggurat reprend le nom d’un édifice babylonien transposé en Tour de Babel dans l’Ancien Testament et illustre donc cette quête du pouvoir, cette volonté des hommes de défier le divin et qui les perdra.

Rapporté dans dans le Livre de la Genèse Gn 11,1-9, peu après l'épisode du Déluge, la tour biblique pourrait avoir été inspirée par l'Etemenanki, une ziggurat de sept étages dédiée au dieu Mardouk à Babylone et désignée comme « le temple de la fondation du Ciel et de la Terre ».

Dans le film de Fritz Lang, Freder Fredersen voit la machine M se transformer en Moloch, une divinité monstrueuse à laquelle les travailleurs infortunés sont sacrifiés.

Même si Moloch n'est pas une divinité Babylonienne mais à l'origine, me semble t'il, Cananéennes, on peut voir là une inspiration plus que flagrante pour un contexte cyberpunk.

Fritz Lang ne semble pas avoir été inspiré par la Tour de Babel pour réaliser son film, mais quand on regarde la ville de Metropolis, impossible de ne pas imaginer une Tour de Babel moderne.



Pieter Brueghel l'Ancien


Dans le manga de Tezuka et le film d'animation de Rintaro, le lien est fait avec la tour Ziggurat.




Moi pour ma nouvelle campagne, j'imagine à fond les complexe des méga-corporations comme cela, avec aux sommets des édifices les appartements / bureaux des dirigeants, conseils d'administration... Et pourquoi ne pas imaginer aussi que ces dirigeants soient des réincarnations d'anciennes divinités bibliques, Marduk ? Moloch ? Autres ? C'est de toutes façons un concept auquel j'avais déjà pensé, une entité du Multivers à la tête d'une corpo. Mais là ça ouvre la porte pour inclure des mythes et légendes supplémentaires, à mettre en place de potentiels conflits ou rivalités datant de la haute antiquité et retranscrire certains de ces mythes à la sauce contemporaine...


Moloch par Stefan Poag


Le tout dans une ambiance cyberpunk teintée de rétro années 20 et bercée de jazz. On peut imaginer un esthétique inspirée, comme le film de Fritz Lang par le Futurisme des années 1910 / 1920 par exemple... Metropolis est directement inspiré de la ville futuriste d'Antonio Sant'Elia (1888-1916).


La Città Nuova

Casa Sant'Elia

samedi 17 octobre 2020

Encore de nouvelles idées de contexte pour la reprise de notre campagne...

En ce moment, motivé par les parties d'Over Arms que nous avons effectué ces dernières semaines et qui offrent un contexte de jeu qui parle à fond à des joueurs comme les miens, à savoir des lycéens, nous nous sommes replongés avec mon fils dans Jojo's Bizarre Adventure sur Neflix.




Nous sommes en plein dans l'Arc Stardust Crusaders qui, malgré un certain classicisme dans son déroulement le rapprochant plus des canons du shōnen habituel, reste une merveille d'inventivité, d'humour décalé et de références à la Pop Culture (Hokuto No Ken surement, des films comme Chucky ou Duel et d'autres me sont également venu à l'esprit sur certains épisodes...). Et là je me suis dis, mais c'est ça que je veux faire dans ma nouvelle campagne.

Dans ce Post j'évoquais la possibilité que nos PJ traversent une série d'épreuves sur la route qui les amène à Night City, et si ces épreuves avaient pour but de les aider à révéler leurs pouvoirs, stands, animas...


Tony, Jay, Basile et Chris, nos PJ


On pourrait imaginer qu'ils ont été recrutés et testés par une méga-corporation qui a identifié leur potentiel et a effacé leur mémoire avant de les placer en situation d'urgence, ils ont été ensuite détournés par les nomades qui travaillent pour une organisation qui s'oppose aux forces maléfiques qui peuplent le Multivers (dont certaines à la tête des méga-corporations).

Le chemin vers Night City peut-être l'occasion pour les différentes forces en présence d'essayer de tuer, capturer, éveiller... les PJ. Donc envisager que chaque partie est une intrigue avec un adversaire qui va forcer nos PJ à éveiller leurs pouvoirs, shōnen quoi.

Dans mon précédent Post, je parlais du Cifea, ça serait parfait d'imaginer un premier tueur à leurs trousses qui soit un manipulateur d'animas de type insectes, il pourrait créer et contrôler un Cifea, invoquer différents insectes géants...


Un anima/stand


Voire aurait quelques mutants à ses ordres en minis boss avant d'arriver à lui, l'occasion d'un mini donjon par exemple. Cela occuperai une ou deux parties, traitées à la manière d'épisodes de série et permettrai de mettre le cadre en place, alliés, ennemis, découvertes, décisions (les PJ sont libres de choisir de rallier le camp des méga-corporations)...


Mutant mini boss

Mutant mini boss


Je suis en train d'envisager deux systèmes de règles, ou plutôt un système basé sur du classique D&D, en regardant Into the Odd, Sword & Wizardry Whitebox, Terra X... et de l'autre côté un système à la Over Arms mais uniquement utilisé pour la gestion des pouvoirs, quand un PJ a besoin d'utiliser son anima, il bascule dessus ces caractéristiques qui restent indépendantes du reste. Le reste, le système classique on dira, c'est pour toutes les autres situations. Bref je suis en train de refaire mes fiches de persos pour voir comment intégrer tout cela et les idées me viennent au fur et à mesure.

Bref quelques idées que je suis en train de préparer pour les vacances puisqu'on doit reprendre notre campagne (normalement).