vendredi 17 mai 2019

Lecture intensive

Si il y a une chose que j'ai trouvé le temps de faire ces dernières semaines, c'est lire, beaucoup. Voilà les différentes œuvres dans lesquelles je me suis plongé et il y en a quatre qui m'ont bien inspiré pour notre univers de jeu mais j'y reviendrai dans de prochains Post. Il s'agit de "Sillage", "Aâma", Lanfeust des Etoiles (je n'aurais pas cru m'intéresser un jour à cet univers mais c'est vachement bien en fait) et Infinity chez Marvel (qui est un volet d'une saga cosmique bien plus vaste sur laquelle je reviendrai peut être à l'occasion). Sinon les autres lectures sont toutes recommandables également.









Reprise des hostilités ce weekend (normalement)

Après quelques semaines de pauses (beaucoup de boulot et manque de temps et de motivation), les hostilités reprennent ce weekend. Comme vous le voyez les armées ont toujours envie d'en découdre.
















lundi 13 mai 2019

Trouvailles vide-grenier

Ce weekend j'ai fais quelques sympathiques trouvailles sur un vide-grenier et j'ai dépensé 4 Euros pour tout ça. Je suis plutôt content car ça va faire de nouveaux personnages et monstres pour peupler notre univers de jeu, dans le lot je compte une figurine Heroclix assez sympa et une figurine Dreamblade qui rejoindront nos bandes de héros ou de vilains ou nos PNJ, je verrai bien ??? Quelques jouets dont un Skylanders (version jouet pas figurine connectée pour le jeu vidéo, surement un truc de Mac Do ou autre ???) mais assez sympa, je vais la retoucher un peu et en faire un Golem. Il y avait aussi une figurine "Monsters in my Pocket" et 2 gros bonhommes verts que je vais socler et repeindre pour faire des espèces de Trolls ou un truc dans le genre et une araignée géante plutôt sympa. Mais la grosse trouvaille c'est ce Remorhaz D&D miniatures, il lui manque juste deux petites cornes sur le devant mais ça doit pouvoir se réparer facilement. Bref tout ça pour 4 Euros je suis assez content...






Supplément : Numenera - Au Coeur de la Nuit






Je reviens sur Goa Gil dont je vous parlais dans le précédent Post, encore une démonstration de l'endurance de ce bonhomme de 67 ans qui en 2016 mixais durant 24h00 non stop au Festival OZORA, mais il est coutumier du fait. Un mix qui vous propulse dans les étoiles comme ce supplément pour Numenera : Au Cœur de la Nuit que j'ai récemment acheté.


Je n'achète plus guère de supplément de Jdr ou de jeux tout cours, on a nos règles faites de bric et de broc et qui tournent bien, simples et efficaces et je trouve plutôt l'inspiration dans les BD, Comics où autres médias pour notre univers de jeu, d'ailleurs comme je l'évoquais récemment je suis en train de préparer un background bien barré pour définir notre Multivers/Omnivers ??? Mais ça j'y reviendrais bientôt (en fait j'ai le concept bien en tête mais la flemme de rédiger tout ça). J'ai aussi quelques BD que j'ai dévoré récemment et qui m'ont bien inspiré mais ça aussi j'y reviendrai un autre joue.


Donc, Au Cœur de la Nuit est un supplément de 160 pages vous permettant de continuer l’aventure…dans l’Espace ! Que ce soit sur une station orbitale (plus ou moins) abandonnée ou carrément sur une autre planète, ce supplément regorge d’idées et permettra de surprendre le groupe d’aventuriers un peu blasés !






Pitch :



Les gens des mondes précédents ont visité les étoiles. Leurs ingénieurs ont modifié notre monde et d’autres, ouvert des passages vers d’autres dimensions, et réécrits les lois du temps et de l’espace. Les vestiges de ces efforts jonchent le Neuvième Monde, mais ils ne se limitent pas à la Terre. Grâce à la magie des Numeneras que les anciens ont laissés derrière eux, les étoiles peuvent être domptées. Des vaisseaux sillonnent le vide comme si c’était une mer sans fin, des portails complexes ouvrent sur des mondes lointains, et des moyens de transport plus étranges encore attendent ceux qui sont assez braves pour traverser les vastes étendues de la nuit.


Comme le Neuvième Monde, les royaumes au-delà de la Terre sont majestueux, terrifiant et remplis d’inconnu. Rejoindrez-vous les pèlerins de minuit pour découvrir ce qui se cache au-delà des rivages de la Terre ?


Ce livre comprend :
  • Des douzaines de lieux sur la lune, ailleurs dans notre système solaire, et au-delà — tous aussi étranges et stimulants pour l’imagination que vous pourriez l’espérer de paysages du Neuvième Monde. Visitez le Baiser de Branu, l’Iridescence de Thon, l’épave du Vlerryn, les cités des nuages d’Urvanas, et l’Essaim Stellaire, peut-être le paysage le plus étrange du vide.
  • Différents moyens d’échapper à l’étreinte de la Terre. Escalade le Haricot Magique, explorer la Nef de la Nuit, ou traversez la Porte des Mondes.
  • De nouveaux PNJ et de nouvelles créatures, parmi lesquelles les mécanophages, les titanesques ulagras et les meurtrières ombres du néant.
  • Des dizaines de nouveaux cyphers et artefacts.
  • Des nouveaux horizons de l’imagination pour émerveiller vos joueurs et emmener votre campagne de Numenéra vers des royaumes que vous n’aviez jamais imaginés auparavant !






Au Coeur de la Nuit explore l’environnement spatial de la Terre. Il fait partie d’une trilogie de suppléments développant les régions extrêmes de Numenera.


Après une page de titre, une page de crédits et une page de sommaire, le livre débute sur une Introduction (11 pages) qui présente les objectifs du livre mais aussi plusieurs moyens pour les aventuriers d’aller dans l’espace : une mystérieuse tour du Lointain, ou encore un vaisseau interstellaire, la Nef de la Nuit. Ce dernier est largement développé avec plan et règles de combat stellaire à l’appui. Pour chacun des chapitres plus bas, les auteurs fournissent des artefacts et des idées pour parvenir dans les lieux, ainsi que des idées d'aventures.


Le premier chapitre, Le Baiser de Branu (6 pages), présente une étrange sphère dans laquelle une végétation luxuriante et anarchique se développe. Cet écosystème est géré par des automates.


Le deuxième chapitre, Calram (5 pages), est une station spatiale qui orbite autour de la Terre, et dont les habitants extraterrestres aux bras tentaculaires se réveillent tous les sept ans et sont en lien avec quelques prêtres des Ages sur Numenera.


Le troisième chapitre, La Lune (7 pages), présente la Lune, entourée d’une ceinture métallique. Bizarrement, la Lune a la propriété de voyager dans le temps. En fonction de l’époque, elle est plus ou moins déserte…


Tandis que le quatrième chapitre, Naharrai (11 pages), traite d’une planète verdoyante, qui abrite deux étranges peuples ; l’un d’entre eux échange ses cerveaux, tandis qu’un autre se déplace dans des temples mobiles en forme d’insectes géants.


Et le cinquième chapitre, Urvanas (10 pages), détaille une planète gazeuse entourée de cités flottantes, où vivent des humains rescapés d’un crash de vaisseau.


Par contre, le sixième chapitre, L'épave du Vlerryn (8 pages), présente un vaisseau spatial abandonné qui dérive dans l’espace, au large de la Terre. Les auteurs fournissent un plan et décrivent son malheur et une menace artificielle qui y rôde toujours.


De même, le septième chapitre, Le halo de Phatéon (16 pages), traite d'un champ gigantesque de fragments d’un objet artificiel et massif ayant été détruit depuis longtemps.


Le huitième chapitre, Pérélande (5 pages), est une planète couverte d’une étrange croûte organique, et secouée par les conflits entre trois espèces différentes.


Et le neuvième chapitre Xéobrencus (8 pages) présente une planète sans aucune étoile pour la réchauffer, mais ses minéraux la rendent paradoxalement pleine de vie : elle est couverte d’un océan et de créatures titanesques, dont certaines ont des pouvoirs psychiques.


Le dixième chapitre, L'essaim stellaire (9 pages), détaille une étoile orange couverte de créatures ressemblant à des raies manta, si nombreuses que des villes sont installées sous elles.


Puis le onzième chapitre, L'iridescence de Thon (12 pages), présente un étrange construct psychique entretenu par des extraterrestres au sein d’un trou noir. De nombreux royaumes créés par la pensée s’y développent.


Le douzième chapitre, Le Crépuscule (12 pages), présente un disque titanesque à l’intérieur duquel réside une étoile. Sur le disque des millions de mondes prospèrent.


Enfin, le treizième chapitre, Autres mondes (11 pages), passe en revue dix autres mondes sur une page chacun. On trouve ainsi une planète dont les eaux et les cavernes recèlent des millions d’organismes stockeurs d’informations ou un château accroché à un roc flottant dans le vide. Plus on y reste, moins on a envie d’en partir…


Créatures des étoiles (18 pages) est un bestiaire d’une quinzaine de créatures présentes dans les mondes abordés dans le guide. On trouve par exemple un alioptor : un amas de langues qui se cache dans les ombres en attendant sa proie, ou des créatures qui mangent les machines dans le halo de Phatéton… toutes sont présentées avec caractéristiques, comportement et illustration. (Source : Le Grog entre autre...)






Je l'ai juste feuilleté pour le moment mais j'adore l'univers de Numenera et comme je suis dans un trip cosmique pour notre univers de jeu et quelque chose de bien barré, j'ai trouvé ce supplément assez intéressant, surtout que l'un des points forts de la gamme, je trouve, c'est de donner beaucoup de background et de développer assez bien les lieux, les histoires associées, les contextes... Bref ça fait parti de ces jeux que je lis plus comme des livres ou romans que des jeux avec des tonnes de règles et de tableaux à assimiler, ça me convient car je suis plus dans l'onirisme que dans l'apprentissage de tonnes de données...

jeudi 9 mai 2019

Quelques nouvelles du front

Pas beaucoup d'activités en ce moment sur mon Blog mais c'est qu'on a toujours pas repris la partie en cours pour le moment (ce weekend surement) et que je bossais sur un nouveau projet futile mais qui m'a accaparé beaucoup de temps. Vous verrez dans le menu, sous le titre du Blog, une nouvelle rubrique "Archives". En fait il s'agit d'un lien vers un nouveau Blog sur lequel je compile des tonnes de vidéos "Youtube". Ca me permet de m'entraîner à traficoter mes Blogs et surtout ça va faire partie du Background que je suis en train d'imaginer pour notre univers de jeu. En gros c'est les archives (vidéos uniquement, pour le moment...) compilées par Estebor qui est le système (l'IA ??) d'Orlumbus, le mystérieux personnages dont on parle régulièrement dans nos aventures. Mais je reviendrai plus en détails sur le sujet lors d'un prochain post. Et j'ai plein d'autres choses à raconter mais ce sera pour bientôt...


Pour accéder aux Archives cliquer sur l'image ci-dessous :


https://landofesteborarchives.blogspot.com/


En attendant pour fêter ça écoutons nous un peu de Trance mixée par Goa Gil (67 Ans au compteur et toujours actif pour prêcher la bonne parole Trance).


Goa Gil


Je suis surtout éblouis par ce mix de 7 heures mais le bonhomme est habitué à de tel marathon.





Sinon un petit peu plus court mais je ne rougis pas de ce vieux mix Trance que j'ai enregistré il y a quelques années, ce n'est pas ma musique de prédilection mais de temps en temps j'aime bien en mixer et en écouter, surtout à l'approche de l'été.




vendredi 19 avril 2019

Idées et réflexions en vrac pour notre univers de jeu

J'ai quelques idées en vrac qui me turlupinent depuis quelques temps pour notre univers de jeu. Tout d'abord dans celui-ci je parle d'une très ancienne race, "les Grands Anciens". Au départ je m'inspirais des "Anciens de Mars" dans la série "Space Adventure Cobra". J'évoquais ensuite l'une des races ainées qu'ils avaient crée sur une planète du nom de Nibiru et se retournant contre eux entrainant ainsi un immense conflit dans le Multivers et la création d'Artefacts puissants comme armes.






J'imagine maintenant les choses comme ceci. Pour cela c'est la lecture de diverses sources qui m'a inspiré. Premièrement une saga cosmique de chez Marvel : Infinity. J'avoue ne pas suivre fortement l'actualité de la Maison des idées et être passé à côté de pas mal de sagas de ces dernières années. Mais c'est avec un grand plaisir que j'ai dévoré cette intégrale où un conflit cosmique se déroule contre l'une des plus anciennes races de l'univers, les Bâtisseurs.






Ces derniers ont crée la vie dans notre univers. Mais ils sont eux même issus d'une autre entité.


Mon concept serai qu'une entité Omnisciente, une sorte de dieu suprême aurait crée l'Omnivers et peuplé celui-ci d'une première race : les Grands Anciens.


Ceux-ci auraient terraformé à tour de bras des planètes y insufflant la vie. Mais une faction dissidente, des "Grands Anciens" aussi mais aux ambitions plus douteuses auraient corrompu certains peuples entrainant un gigantesque conflit dans l'Omnivers. Pour cette factions dissidentes je rejoint les Grands Anciens des Mythes de Lovecraft.


Là des armées d'Elohim (en Hébreux) venus des dimensions éthérées et envoyés par l'entité Omnisciente à l'origine de toutes créations pour répondre à l'appel au secours lancé par les "Grands Anciens", les bons, se sont jointes au combat qui dura des millénaires à une échelle cosmique.


Suite à ce conflit, l'Omnivers fût bouleversé et régressa, arriva l'âge des premiers proto-humains sur Terre et là je rejoins le texte sur "la filiation des Dieux" par Oliver Haddo dans "Le Dossier Noir" de la série d'Alan Moore : La Ligue des Gentlemen Extraordinaires.






Parenthèse, l'entité Omnisciente décida après ces ravages qu'elle ne se mêlerai plus des affaires des êtres peuplant l'Omnivers, même des dieux.


Ce dossier comporte une kyrielle de documents sur les différentes incarnations de la Ligue au fil des âges, ainsi que des pièces permettant d’éclairer les raisons de son existence ou la destinée de ses membres, triés dans l’ordre chronologique de leur sujet. Après des avertissements en novlangue, nous avons ainsi affaire à un premier document, un essai de l’occultiste Oliver Haddo, remontant aux Grands Anciens, puis descendant jusqu’à l’époque contemporaine en passant par l’Âge Hyborien et Melniboné…


Oliver Haddo (en fait basé sur Aleister Crowley)




Ce texte synthétise de nombreux mythes et leur donne une place sur Terre, voila qu'il n'est certainement pas pour me déplaire.


Mais revenons au niveau cosmique et plus à notre époque (du moins celle de nos parties) un futur qui se déroulerait environ en l'an 3500.


Là si vous suivez notre campagne vous noterez que je parle régulièrement d'un grand Mage du nom d'Orlumbus qui aurait cherché pendant des années, voire des siècles pour certains à percer le secret des Artefacts des Grands Anciens à travers l'Omnivers. Nos héros se retrouvent d'ailleurs embrigadés par une organisation occulte se revendiquant de ce dernier (mais je prévois que ce soit faux mais ça c'est une autre histoire).


Une statue d'Orlumbus présente sur beaucoup de mes tables de jeu




Et si Orlumbus avait percé des secrets bien plus grands en fait et si lui même était devenu cet être suprême Omniscient. Et si il anticipait le retour des "Grands Anciens" belliqueux et un nouveau conflit cosmique à venir et faisait passer des aventures... épreuves à nos héros et à d'autres dans tout l'Omnivers pour réunir une armée capable de combattre la menace, ne le pouvant pas lui-même car il est devenu cette entité Omnisciente qui ne se mêle plus des affaires concernant l'Omnivers. Donc il rassemble une armée par l'intermédiaire de messagers divers, de rêves et je ne sais quel autre moyen mais n'intervient pas directement.


Orlumbus devenu Omniscient


Un messager d'Orlumbus




Voilà en gros où j'en suis dans mes réflexions. Pour le nouveau concept d'Omnivers, je trouve ça encore mieux que le Multivers. J'y ai pensé un peu par hazard, influencé par "Super Smash Bros Ultimate" auquel ont joue beaucoup avec mon fils et une vidéo qu'il m'a fait regarder sur le Nintendoverse, et je suis tombé aussi sur un épisode de Dragon Ball Super où il est maintenant question de Multivers et j'ai trouvé qu'il y avait des ressemblances dans ces deux médias.







Du coup j'ai commencé à les imaginer se côtoyant avec d'autres Multivers comme ceux de Marvel ou DC par exemple. J'ai aussi pensé à ce concept propre aux Comics de rebooter les Multivers régulièrement avec de grandes sagas qui remettent parfois tout à zéro... Bref j'ai cherché plus gros que le Multivers et j'ai trouvé en anglais cette définition très "geek" de l'Omnivers mais qui me convient parfaitement vus que j'ai envie de tout imaginer pour notre univers de jeu :


"The Omniverse is the collection of every single universe, multiverse, megaverse, dimension (alternate or pocket) and realm. This includes not only Marvel Comics, but also DC Comics, Image, Dark Horse, Archie, Harvey, Shueisha, Boom Studios, Rebellion, Dynamite, IDW, Graphic India, Derby Pop, Vertigo, Oni Press, Udon, Valiant, and every universe ever mentioned or seen (and an infinite amount never mentioned or seen) including our own world. Everything is in the Omniverse, and there is only one Omniverse. According to the Official Handbook of the Marvel Universe: Alternate Universes, "It includes every single literary, television show, movie, urban legend, universe, realm, etc. ever. It includes everyone from Popeye to Rocky Balboa to Ronald Reagan to Romeo and Juliet to Luke Skywalker to Snoopy to Jay and Silent Bob, etc." This includes universes outside of American and European western comics, such as Dragon Ball, Naruto, Bleach, One Piece, Ghost in the Shell and etc. eastern comic book media. The Omniverse is EVERY reality, including those published by all other companies. Even fan-fictions, cancelled works, mere fantasies, wishes of thoughts created by people, future comic book publishing companies and fictional universes yet to be published are considered part of the Omniverse; simply put, the Omniverse is every version of reality and existence imaginable."


Si j'ai bien compris (l'anglais n'étant pas mon fort) c'est exactement ce qu'il me faut. En gros : l' Omnivers contient tous les multivers, mégavers, dimensions et réalités qui existent. Il englobe tout, sans aucune exception.

Mr Armtone - Time Machine


Mr Armtone - Time Machine from Solid Steel on Vimeo.




Tout bonnement génial !!!





Mr Armtone returns with his latest AV mix titled 'Time Machine' which expertly travels through a quality selection of visuals and audio. As usual with Solid Steel video mixes, it's not just a collection of music videos, it's also about selecting exciting visuals to match the audio and edit into a well crafted video mixtape. We open with hip hop and beats from The Chemical Brothers, Haiku D'Etat, Jay Z and Tipper, moving on to our own Coldcut and The Herbaliser and up into TC and Cyantific. Then it's a brief old skool trip with Sir Mix-A-Lot and back again with Dizzie Rascal, Benga, Silkie and an appearance from Wiley. We close with Hexstatic, the excellent Breakage remix for Roots Manuva and a sublime ending with 'Time Machine' by Chocolate Milk.

You can see Mr Armtone performing this set live using Serato Video


You can download the audio here soundcloud.com/ninja-tune/solid-steel-radio-show-12-10-1


Artist - Title - Visuals & Video Directors - Record Label


The Chemical Brothers - The Devil Is In The Beats - Niles Heckman / AntiVJ / The Flippers / Leah Lovise / Mr. Armtone Re-Edit - Universal Studio
The Polish Ambassador - Quantum Peeps - Andrew Jones / Polymath Design / Amoeba / Mr. Armtone Re-Edit - 1320 Records
DJ Nu Mark ft. Chali 2na - Comin' Thru (Acapella) - Live at Jam In The Van / Mr. Armtone Re-Edit - Sequence Records
Haiku D'Etat - Mike, Aaron & Eddie (Boreta Remix) - Roman Ivanov / Gwen Vanhee / Mr. Armtone Re-Edit - White
Jay-Z - 99 Problems (The Prodigy Remix) - Mark Romanek (Original Video) / Tim Qualtrough "Spitfire" / Mr. Armtone Re-Edit - White
Tipper - Swamp Thing - Procrastinatus - Tippermusic
Eric B & Rakim - I Know You Got Soul (Acapella) - Live at BB King's - 4th & Broadway
Coldcut - Everything Is Under Control (Theory 0.1) - Oscar Wright (Original Video) - Ninja Tune
Arcadion - Dungeon Magic - Mr. Armtone Video Edit - D.C. Recordings
The Herbaliser - Wall Crawling Giant Insect Breaks - The Light Surgeons (Original Video) - Ninja Tune
Mr. Armtone & Dimapetrov - Too Much Time - Kadavre Exquis / Mr. Armtone Re-Edit - Unreleased
Dub Pistols ft. Rodney P - Ganja (CMC&Silenta ft. Paul Brenning Remix) - Combination Films / Mr. Armtone Re-Edit - Roca Records
Excision & Downlink - Reploid (Neon Steve Remix) - Lucio Arese - Rottun Records
Beastie Boys - Triple Trouble (Acapella) - MCA (Original Video) - Capitol Records
J-Roc - Rock The Funk - Mr. Armtone Video Edit - Bomb Strikes
TC - Tap Ho - Ash Bolland & Steve Scott "Nu Steppa"/ Mr. Armtone Re-Edit - Don't Play
Cyantific - Obey - Unknown (Original Video) / Mr. Armtone Re-Edit - Cyantific Records
Brian Eno - Monomedia - Matthias Müller / Mr. Armtone Re-Edit - Warp Records
Sir Mix-A-Lot - Posse On Broadway - Brad Huskinson (Original Video) - Nastymix Records
Bassnectar - Voodoo - Walter Stern "Voodoo People" / Aniboom / Mr. Armtone Video Edit - Amorphous Music
Art Vs. Science - Magic Fountain (Royalston Remix) - Alex Roberts (Original Video) / Mr. Armtone Re-Edit - Hospital Records
DJ Shadow - I Gotta Rokk (Irn Mnky Swagger Mix) - DJ Cheeba / Mr. Armtone - Island Records
Drumagick ft. Dynamite MC - The Drummer - Mr. Armtone Video Edit - BMR Music
Dizzee Rascal - Stand Up Tall (Acapella) - Ruben Fleischer (Original Video) - XL Recordings
Stanton Warriors - Turn Me Up Some (Shockone Mix) - Messrs (Original Video) - Central Station Records
Benga - Acid Lie - Alessandro Bavari - Kapsize
Silkie - Taxi Mi Get - Michael Szabo / Dr Babylon / Daniel Savage / Mr. Armtone Re-Edit - FACT Magazine
Wiley - I Just Woke Up (Acapella) - Wiley (Original Video) - Big Dada
Emalkay - Flesh & Bone - Tadas Svilainis / Dmas3 / Mr. Armtone Re-Edit - Dub Police
RackNRuin ft. Jessie Ware - Soundclash (Warrior One Remix) - Eddie Lee / Sander Van Dijk / Hardy Seiler / Mr.Seven / Tendril Design / Leonardo Moraes - Black Butter Records
Afghan Headspin - The Thing That's Gonna Kill Us - Luis Sanz / Hideo Ihara / Mr. Armtone Video-Edit - Rocstar Recordings
Nocturnal Sunshine - Can't Hide The Way I Feel - Daniel Franke & Cedric Kiefer / Nick Cobby / Mr. Armtone Re-Edit - LMD SkunkWorks
Hexstatic - So Good - Marco Brambilla - Lower Level Records
Roots Manuva - Get The Get (Breakage Remix) - Marco Bagni - Big Dada
Hexstatic - So Good (Thermonuclearity Remix) - Beeple / Robin Hexstatic / Mr. Armtone Re-Edit - Lower Level Records
Mistabishi - Druggers End - Vladislav Solovjov / Mr. Armtone Video-Edit - Noh Music
Chocolate Milk - Time Machine - Stuart Ward / Let It Fly Productions / Mr. Armtone Re-Edit - RCA Victor

jeudi 18 avril 2019

Présentation de figurines - Vol. 11

Quelques nouvelles figurines, il y a deux autres amazones que je dois terminer et quelques figurines Heroclix et Dreamblade ramenées de vacances à ressocler et retoucher un peu plus un véhicule At-43 Karmans que j'ai pas encore ouvert.


Wolfens Confrontation (Rackham)

Amazone Fenryll et Buveur de sang Games Workshop



Codebreaker B2.






J'ai profité de mes vacances à Marseille, chez mes parents, pour ramener quelques disques vinyles parmi tous ceux qui sont toujours entassés chez eux, dont ce magnifique Codebreaker chez Underground Resistance. La Techno de Détroit dans toute sa splendeur.

Lectures du moment : Elric, intégrale, tome 2 / Elric, les adaptations en bandes dessinées

Profitant des vacances je me suis plongé dans "Elric, intégrale, tome 2 de Michael Moorcock" qui trainait depuis quelques mois dans ma pile de bouquins à lire, j'avais déjà parlé du tome 1 ici et c'est avec plaisir que je me suis plongé dans ce volume même si parfois un peu ennuyeux.


Résumé

Imrry, la cité des rêves, Yrkoon, l'usurpateur, Cymoril, la bien-aimée... Tous ont succombé à la furie du prince albinos et à son épée maléfique, Stormbringer. Mais Elric doit poursuivre cette quête aveugle et sauvage, trouver son Destin dans ce tourbillon de guerre, de sang, d'orgies et d'aventures sous influence...

Ce recueil est composé de :

-Elric le Nécromancien
-La Sorcière dormante
-La Revanche de la rose

Après une première intégrale sympa, je me suis plongée dans la deuxième qui comporte les trois récits cités ci-dessus.

Si vous ne connaissez pas encore Elric, il est un personnage phare de la fantasy. De constitution faible, cet albinos survit grâce aux drogues et à son épée maléfique Stormbringer, buveuse d'âmes. En quête de la Vérité, Elric est un personnage torturé s'interrogeant sans fin sur le pourquoi de l'Univers et sa place au sein de celui-ci. Maudit depuis la mort de sa bien-aimée et de la chute de son empire, il voyage à travers les mondes, se trouvant au centre de la bataille entre l'Ordre et le Chaos.

Le cycle d'Elric est fait d'histoires disparates aux qualités changeantes. Ce recueil n'y échappe pas et ma lecture a été par moment fastidieuse.

On commence avec Elric le Nécromancien composé de trois parties : Le Songe du Comte Aubec, La Cité qui rêve et La Citadelle qui chante. Le premier texte se centre sur le personnage du Comte d'Aubec, le lien avec l'histoire d'Elric se fait bien plus tard avec La Sorcière Dormante mais permet d'expliquer les enjeux de l'univers où évolue le prince albinos. Avec La Cité qui rêve, on rentre dans une histoire importante qui va conditionner le destin d'Elric, il décide de détruire Imrrir, sa cité, pour se venger de son cousin Yrkoon et de sauver sa fiancée Cymoril. C'est un récit-clé puisqu'Elric deviendra le chevalier errant et le héros tragique que l'on connaît. La suite se fait plus classique en se basant sur des quêtes, la rencontre de femmes séduisantes et de compagnons importants. On regrette un schéma répétitif même si les histoires restent plaisantes à lire. On sent l'influence d'Howard et de son personnage Conan même si Elric en paraît l'antithèse.

Avec La Sorcière Dormante, Elric commence à faire des infidélités au Chaos. Le personnage semble de plus en plus tourmenté par sa quête de la Vérité. Cette partie est un pur récit d'aventures qui se mue en une histoire plus complexe avec une plongée dans le multivers où Elric rencontre d'autres héros de Moorcock dont Corum. Les explications fusent sur le Champion éternel et le compagnon des champions ainsi que sur les multivers. Pas toujours facile d'appréhender le tout mais c'est intéressant.

Enfin avec La Revanche de la Rose, l'auteur nous perd un peu. Récit très long et confus, on suit Elric sur la route des Tsiganes, en compagnie de personnages mystérieux dont le voyageur intra-univers Wheldrake. L'intérêt de l'histoire est minime et on s'ennuie un peu malgré la présence d'une ennemi charismatique, Gaynor le damné.  Ce récit est tardif et montre sans doute un essoufflement d'idées sur les épreuves que peut traverser Elric.

Ces textes regroupent en commun l'idée que les entités supérieures semblent jouer avec les vies des hommes et ce sans vraiment savoir pourquoi. La lutte entre Arioch et Mashabak en est un parfait exemple tant ils semblent être des enfants capricieux et colériques. La force de ces textes réside aussi dans l'ambiance et l'univers qu'a su créé Moorcock mais c'est surtout Elric qui cristallise l'intérêt. 

Héros digne des tragédies grecques, ses doutes et ses questionnements incessants couplés à sa faiblesse physique dont il a atrocement conscience font de lui un héros à part. Un héros romantique perdu au milieu d'un univers fantastique sombre et au bord du gouffre. Il ne semble pouvoir compter que son épée, la terrible Stormbringer qui est dotée d'une conscience propre et dont l'ambivalence terrifie son propriétaire.

Cet ouvrage m'a paru hétérogène dans sa qualité même si la partie sur Elric le Nécromancien est indissociable de son histoire puisqu'elle en est la genèse. Cet ouvrage ravira plus les fans que le lecteur qui souhaite découvrir Elric en effet certains textes semblent dispensables pour ceux qui ne souhaitent garder que le meilleur.

Du coup en faisant des recherches sur Elric je suis tombé aussi sur cet article qui parle des adaptations BD et comics d'Elric. Et comme chez Estebor on a parfois un poil dans la main et aucune vergogne et besoin de mettre du contenu dans ce Blog, et bien vous pouvez aussi le lire ci-dessous.

La bonne étoile d’Elric

L’une des premières adaptations des romans de Michael Moorcock est l’œuvre d’un Français. En effet, lorsque les éditions Opta proposent la première traduction française du roman Elric le nécromancien, le dessinateur Philippe Druillet découvre un univers d’une telle richesse et un personnage d’une telle profondeur qu’il décide de l’adapter, sans même se poser de question de droits. Avec la collaboration du scénariste, romancier et traducteur Michel Demuth, il conçoit ainsi un montage audiovisuel qu’il présente, en 1968, au Musée des Arts Décoratifs de Paris, avant de publier une BD plus classique dans la revue Spirits en 1971. Cette incursion sur les terres moorcockiennes n’est pas sans conséquence et, à l’évidence, l’esprit d’Elric souffle encore sur la collaboration suivante du duo, Yragaël ou la fin des temps.





Après cet intermède européen, Elric débarque aux Etats-Unis en 1972. Il se contente tout d’abord de jouer les faire-valoir dans « A Sword Called Stormbringer » aux côtés de Conan le barbare lors d’une de ces rencontres improbables que seuls les comics permettent.


Il faut en fait attendre 1976 pour qu’Elric fasse ses véritables débuts dans le monde des comics. Il s’agit d’une histoire de vingt planches en noir et blanc intitulée « Prisoner of Pan Tang ». Publié dans les pages du magazine indépendant Star*Reach, ce récit donne aussitôt toute la dimension d’Elric, prince de Melniboné. S’inspirant d’une idée originale de Steven Grant et, bien évidemment, de l’œuvre de Michael Moorcock, le scénario d’Eric Kimbal met l’accent sur les relations complexes et conflictuelles qui unissent le prince albinos à Stormbringer, l’épée qui donne sa force à Elric en se nourrissant de l’âme de ses ennemis. De plus, le dessin fin et appliqué de Bob Gould rend à merveille la fragilité d’Elric, un homme affaibli par l’albinisme qui le frappe.


Poursuivant sur leur lancée, les Star* Reach Productions de Mike Friedrich livrent clé en main de nouvelles aventures d’Elric of Melniboné au magazine Heavy Metal en 1979. Cette fois, c’est Frank Brunner, dessinateur de Doctor Strange et créateur graphique d’Howard the Duck pour Marvel Comics, qui illustre les exploits du prince albinos d’après un extrait des romans de Michael Moorcock.


Les aventures suivantes d’Elric ont pour titre « Dreaming City » et « While the Gods Laugh ». Elles marquent un véritable tournant dans la carrière BD d’Elric. Jusque-là, plusieurs dessinateurs s’étaient succédés pour mettre en images les aventures du prince albinos. Elric avait ainsi eu plusieurs visages, plusieurs physiques, plusieurs vêtures. Il avait besoin d’un visage unique et reconnaissable afin de poursuivre ses aventures. Mises en images par P. Craig Russell, ces deux histoires donnent enfin une version graphique définitive du héros de Michael Moorcock. Elle correspond d’ailleurs assez bien aux descriptions du romancier, à l’exemple de celle-ci : « La lune sortit des nuages et dessina le visage blanc et lugubre d’Elric. Ses yeux semblaient deux brandons venus tout droit de l’enfer. ». Vu par Russell, Elric a la peau pâle presque bleutée, les cheveux blancs et les yeux rouges. Sa silhouette élancée et son visage expressif ne peuvent cacher la langueur qui l’envahit souvent ou la fureur proche de la folie qui le prend lorsqu’il empoigne sa noire épée runique. On retrouve dans son dessin l’impression de fin de race et de décadence qui entoure le personnage de Moorcock. Russell ne néglige nullement les proches d’Elric – ainsi, la beauté glacée de Cymoril s’oppose sans peine à la disgrâce physique de son frère Yyrkoon, cousin et premier rival d’Elric.







Grâce à P. Craig Russell, Elric a désormais un physique que l’on retrouvera peu ou prou dans toutes les adaptations de ses aventures.


Lors de cette première rencontre avec l’univers de Michael Moorcock, Russell se contente d’illustrer le texte d’un adaptateur professionnel. En effet, le scénario de ces deux histoires est l’œuvre de Roy Thomas, le scénariste régulier des aventures de Conan pour la Marvel et de beaucoup d’autres héros ou super-héros du monde des comics. D’une certaine façon, il ne s’agit là que d’un juste retour des choses puisque c’est lui qui s’était déjà amusé à faire se rencontrer les univers d’Howard et de Moorcock dans Conan the Barbarian.





Il faut enfin remarquer que « Dreaming City » et « While the Gods Laugh », même si elles paraissent sous le label Marvel, car publiées dans les pages du magazine Epic Illustrated, restent copyrightées Star*Reach Productions, l’agence de Mike Friedrich. Il convient d’ailleurs de souligner que l’aventure américaine d’Elric en BD doit beaucoup à Friedrich. Ancien scénariste reconverti agent d’artistes en vue et éditeur de la première revue offrant aux auteurs de conserver les droits de leurs œuvres, c’est lui qui a négocié l’acquisition des droits d’adaptation des œuvres de Michael Moorcock. C’est également lui qui a fait appel à Roy Thomas et P. Craig Russell pour mettre en cases les aventures d’Elric. Enfin, c’est toujours et encore Mike Friedrich qui a placé le produit fini chez Marvel Comics. Ceci étant, il n’est pas le seul à s’être intéressé aux nouvelles et romans de Michael Moorcock en ces années 70...


D’autres artistes s’essayent aussi à l’adaptation des récits du romancier anglais. C’est le cas d’Howard Chaykin qui, entre une version aisément oubliable de Star Wars pour Marvel et quelques travaux plus réussis pour Star*Reach, expérimente une bande dessinée différente. Il conçoit donc en couleurs directes un graphic novel, The Swords of Heaven, the Flowers of Hell, inspiré d’un texte de Michael Moorcock. Le héros de cette aventure d’heroic fantasy s’appelle Urlik Skarsol, autre variation du Champion éternel.


C’est également le cas du scénariste Doug Moench et du dessinateur Alex Niño qui livrent au magazine Unknown Worlds of Science-Fiction une remarquable adaptation du récit « Behold the Man ». On retrouve dans les dessins torturés de Niño toute la force du récit de Moorcock et, malgré une construction relativement complexe pour une bande dessinée, on suit sans difficulté le calvaire annoncé de Karl Glogauer, voyageur temporel et Messie de substitution.

Elric le premier

L’équipe Thomas/Russell semblant idéale pour continuer l’adaptation des aventures d’Elric, reste à Star*Reach Productions à lui trouver un éditeur afin d’y poursuivre une œuvre capable de rivaliser avec sa contrepartie romanesque. L’époque est propice à cette quête puisque de nombreux éditeurs indépendants se développent, à l’image de Capital Comics ou Eclipse Comics. Pour se démarquer des deux grands que sont DC Comics et Marvel, ils sont prêts à prendre certains risques.


Après avoir démarché la plupart de ces nouveaux éditeurs, Mike Friedrich signe un contrat avec Bill et Steve Schanes de Pacific Comics. Il place ainsi la première série limitée dédiée à l’œuvre de Moorcock : Elric.
Les six épisodes de cette adaptation sont bien évidemment signés Roy Thomas pour le texte, mais le dessin n’est pas le travail du seul de P. Craig Russell. En effet, ce dernier a d’autres obligations pour la Marvel et se contente de livrer des crayonnés succincts qu’un autre dessinateur finalise. Russell reprend cependant la main pour l’encrage, imposant son style à l’ensemble. C’est Michael T. Gilbert, un illustrateur habitué des publications Star* Reach, qui effectue ce travail de finition ingrat. La mise en couleurs de l’ensemble est due aux talents conjugués de Russell et Gilbert, tandis que Tom Orzechowski se charge du lettrage.


Après ce galop d’essai, Michael T. Gilbert est tout désigné pour prendre la suite de P. Craig Russell. C’est chose faite dès 1985 lorsqu’une deuxième série limitée est mise en chantier par Star*Reach Productions. Définitivement accaparé par d’autres travaux, Russell abandonne le personnage d’Elric entre les mains de Michael T. Gilbert, désormais assisté par George Freeman pour l’encrage et la mise en couleurs. Connaissant déjà l’œuvre de Michael Moorcock, Gilbert demande alors à Roy Thomas de ne lui livrer que des scripts succincts car il souhaite rester aussi proche que possible de l’œuvre d’origine, tant au plan graphique qu’au niveau du texte et des dialogues.
Elric: The Sailor of the Seas of Fate est finalement publiée avec un peu de retard sur le programme initial car, entre-temps, l’éditeur Pacific Comics a fait faillite. Fort heureusement, Mike Friedrich a trouvé une autre maison d’édition, First Comics, basée à Chicago. Il est heureux que cette série limitée puisse voir le jour car elle est d’une grande importance pour une bonne compréhension des univers complexes de Michael Moorcock. Corum, Erekosë et Hawkmoon, d’autres incarnations de son Champion éternel, font ainsi de brèves apparitions dans ce chapitre de la saga d’Elric.


C’est donc sous la nouvelle bannière de First Comics que paraissent les adaptations suivantes des aventures d’Elric. L’équipe Thomas/Gilbert/Freeman ayant fait ses preuves, elle est fort naturellement requise pour mettre en images Elric: Weird of the White Wolf. Respectant la chronologie normale de l’œuvre originale, cette nouvelle série limitée intègre également les deux premières aventures dessinées par P. Craig Russell pour la Marvel.


La série limitée suivante, Elric: The Vanishing Tower, permet encore une fois d’immerger le lecteur dans le Multivers moorcockien. Cette fois, Elric fait front commun avec deux autres Champions, Erekosë et Corum. Ce dernier est d’ailleurs promis à un bel avenir chez First, mais c’est une autre histoire.


Les adaptations d’Elric se succèdent à un rythme infernal, obligeant l’équipe éditoriale à faire appel à d’autres illustrateurs. Pour Elric: The Vanishing Tower, on retrouve donc Roy Thomas pour le texte, mais c’est Jan Duur-sema, dessinatrice de Warlord pour DC Comics, qui se charge de l’adaptation graphique. La mise en couleurs est signée Lovern Kindzierski, tandis que Carrie Spiegle et Kurt Hathaway en assurent le lettrage. Mike Friedrich, qui était jusqu’alors associé à l’aventure d’Elric en tant qu’editor de la série, cède définitivement la place à un membre de la rédaction de First Comics, Laurel Fitch.


Après Jan Duursema, c’est au tour de Mark Pacella de donner son interprétation graphique du prince albinos le temps des six épisodes d’Elric: The Bane of the Black Sword. Roy Thomas est encore là pour assurer une certaine continuité, alors que Nicholas Koenig vient compléter l’équipe en se chargeant de l’encrage. La mise en couleurs est toujours signée Lovern Kindzierski et le lettrage est cette fois assuré par Gary Fields. La conclusion de la saga d’Elric de Melniboné approche, les différentes pièces du puzzle composé par Michael Moorcock se mettent en place et l’on regrette que Jan Duursema n’ait pas continué la mise en images des aventures d’Elric et de son compagnon Tristelune.

Les cousins d’Elric

Les aventures d’Elric ayant reçu un accueil favorable, First Comics décide bientôt de lancer de nouvelles adaptations des romans de Michael Moorcock. Le choix de First se porte tout naturellement sur deux autres cycles de fantasy de l’auteur : Hawkmoon et Corum.


Contrairement aux aventures d’Elric de Melniboné, qui semblent se situer dans un lointain passé, celles d’Hawkmoon se déroulent dans un futur où la technologie a cédé le pas à la barbarie, à moins qu’il ne s’agisse d’une dimension parallèle qui n’a pas suivi la même évolution que notre Terre. On se retrouve donc dans un monde à feu et à sang dominé par les spadassins de l’Empire de Granbretanne. Une évidente ambiance de fin des temps qui se dégage à la lecture des romans de Moorcock que l’on a bien du mal à retrouver dans la version comics, malgré les efforts des adaptateurs de First Comics.


Roy Thomas étant déjà fort occupé par l’adaptation d’Elric, c’est son vieux complice Gerry Conway qui se charge de celle d’Hawkmoon et c’est le jeune dessinateur Rafael Kayanan (qui illustrera ensuite les exploits de Turok chez Acclaim Comics) qui crée sur ses textes la version graphique de Dorian Hawkmoon von Köln.


Cette fine équipe livre ainsi les deux premiers volets de la Saga des Runes, Jewel in the Skull et The Mad God’s Amulet, déclinant l’adaptation de chaque roman sous forme de mini-série en quatre comics.


Les deux derniers romans de ce qui est alors une tétralogie, The Sword of the Dawn et The Runestaff, sont toujours illustrés par Kayanan, mais le texte est désormais signé Roger Salick. Ce journaliste free-lance au Milwaukee Journal fait ici ses premiers pas dans le monde des comics et succède dignement à un Gerry Conway attiré par les sirènes d’Hollywood.


Le dernier héros de Michael Moorcock à être adapté sous forme de comics n’est peut-être pas le plus connu, même s’il a déjà fait quelques apparitions au côté d’Elric, mais il bénéficie d’adaptateurs hors pair. En effet, l’adaptation graphique des premières Chronicles of Corum est confiée à Mike Mignola, dessinateur notamment de The Incredible Hulk et Alpha Flight pour Marvel, et, pour le texte, à Mike Baron, le créateur de Nexus et Badger. Placé sous ce double patronage, Corum doit, en toute logique, rapidement conquérir un large public. Il faut cependant constater que le Prince Corum Jhaelen Irsei n’est pas le plus sympathique des personnages créés par Michael Moorcock. De plus, le dessin de Mignola n’a pas encore la force et la puissance qu’il aura lorsqu’il illustrera en solo les aventures d’Hellboy chez Dark Horse Comics. Même s’il est déjà présent dans certaines cases, ce style très particulier disparaît sous l’encrage uniforme de Rick Burchett. Quant au personnage de Corum, il ressemble beaucoup trop à Elric, visage anguleux, peau claire et cheveux blancs. Fort heureusement, il se distingue vite de son aîné lorsque ses ennemis lui crèvent l’œil droit et lui coupent la main gauche.


Mais le problème majeur de cette adaptation reste son évident manque d’homogénéité. Ainsi, alors que l’on commence à apprécier le dessin de Mignola, celui-ci cède la place à Jackson Guice, lui-même remplacé par Ken Hooper qui ne fait qu’un bref passage avant que Jill Thompson ne vienne conclure la série. Côté texte, Mike Baron n’assure que les deux premiers tiers de cette adaptation, laissant le dernier tiers à la charge de Mark Shainblum, scénariste canadien et créateur de Northguard.


Pourtant, les aventures de Corum sont celles qui permettent d’appréhender au mieux les notions de Champion éternel et de Multivers présentes dans l’œuvre de Michael Moorcock. En effet, on croise dans les douze épisodes de cette série quelques personnages bien connus des lecteurs de Moorcock. Corum est ainsi accompagné dans sa quête par Jhary-a-Conel, le compagnon des Champions. Parmi les adversaires qu’affronte Corum, on trouve quelques Seigneurs du Chaos bien connus d’Elric : Arioch, Xiombarg et Mabelrode. Enfin, c’est avec l’aide d’Elric et d’Erekosë qu’il parvient, au terme d’un long voyage, a affronter dans un duel mortel son adversaire de toujours, Glandyth-a-Krae. On peut noter au passage que cette rencontre a déjà été contée, du point de vue d’Elric, dans le sixième épisode d’Elric: The Vanishing Tower.


Au final, c’est donc un sentiment mitigé qui domine à la lecture des douze épisodes des Chronicles of Corum et même les fort jolies couvertures des onzième et douzième numéros, co-signées Mike Mignola et P. Craig Russell, ne parviennent pas à faire disparaître cette impression d’inachevé.

Un héros éternel ?

Après Elric, Hawkmoon et Chronicles of Corum, First Comics envisage sérieusement de poursuivre l’adaptation des œuvres romanesques de Michael Moorcock. Cependant, pour ne pas créer une pléthore de titres risquant de disperser le lectorat, la maison d’édition de Chicago décide de réunir toutes les aventures n’appartenant pas au cycle d’Elric au sein d’une seule série fort justement baptisée The Eternal Champion. Sous ce titre générique, Laurel Fitch, editor du projet, prévoit de publier la suite de l’adaptation d’Hawkmoon: Count Brass confiée à Roger Salick, Grant Miehm et Ricardo Villagran. Après cette nouvelle aventure d’Hawkmoon, c’est le Champion éternel en personne, Erekosë, qui prend rang, suivi de près par Corum: The Oak and the Ram. Hélas, la disparition prématurée de First Comics, en 1989, ne permet pas la concrétisation de ce projet.


La faillite de First Comics met également un terme à l’adaptation exhaustive des romans consacrés à Elric. Il faut donc attendre 1997 pour voir enfin paraître le dernier volet des aventures du prince albinos. Co-éditée par Topps Comics et Dark Horse Comics, cette série limitée est l’œuvre de P. Craig Russell. Il retrouve enfin ce personnage pour livrer l’ultime chapitre de sa saga. Elric: Stormbringer permet de découvrir un prince de Melniboné un peu différent de celui des années 80. Le style
de Russell a évolué au fil des ans. Son trait est désormais moins rude, il s’est assoupli, arrondi et sensiblement simplifié. Cette fois, le dessinateur se charge seul de l’adaptation et reste extrêmement proche du roman de Moorcock. Il conserve ainsi le découpage en livres du texte original. Russell prend littéralement appui sur le roman, en particulier sur les dialogues, pour livrer une adaptation fidèle et digne du plus grand intérêt. Classiques et efficaces, la mise en couleurs de Lovern Kindzierski et le lettrage de Galen Showman, par ailleurs dessinateur de Renfield pour Caliber Press, apportent la touche finale à une adaptation de qualité.









C’est également en 1997 que le concept du Champion éternel refait surface à travers les pages de Michael Moorcock’s Multiverse. Ce titre étrange est publié par DC Comics, via son label Helix Comics. Cette fois, il ne s’agit pas d’une adaptation des romans de Michael Moorcock puisque DC Comics se paie le luxe d’embaucher le romancier pour écrire de nouvelles aventures de ses personnages pour les comics. La participation de Moorcock à cette aventure éditoriale n’a rien d’étonnant ; en effet, dans les années 60, Michael Moorcock avait déjà eu l’occasion de se frotter au monde de la bande dessinée. Il était l’editor du magazine Tarzan Adventures qui publiait la reprise des comic strips de Tarzan illustrés par Burne Hogarth, Hal Foster et autres, mais surtout, il avait signé quelques scénarios pour Boy’s World et Lion, deux hebdomadaires pour la jeunesse. Il faut cependant remarquer que, cette fois, le format offert au romancier n’est pas le plus convivial qui soit.


En effet, Michael Moorcock’s Multiverse se présente sous la forme d’une série limitée de douze épisodes déclinée sur le mode de l’anthologie. Chaque numéro propose ainsi trois histoires à suivre en commençant par Moonbeams and Roses, les aventures de Jack Karaquazian et Rose von Bek dans le monde du Second Ether mises en images par un Walt Simonson, définitivement influencé par Jack Kirby. On trouve aussi les enquêtes de Sir Seaton Begg, The Metatemporal Detective, dont la lutte contre le maléfique Count Zodiac est illustrée par Mark Reeve. Enfin, on retrouve, sous le titre de Duke Elric, une variation médiévale du prince albinos dessinée par John Ridgway, un compatriote de Moorcock. Une telle conjugaison de talents est un gage de qualité, mais cela ne veut nullement dire que les lecteurs sont au rendez-vous, comme le constatera DC Comics au regard des chiffres des ventes de Michael Moorcock’s Multiverse.


Avant de conclure, on signalera combien Jerry Cornelius, l’autre grand héros du panthéon romanesque moorcockien, est absent de cette longue liste d’adaptations. Peut-être faut il en chercher la raison dans la complexité de ce personnage, une épaisseur difficile à circonscrire aux cadres parfois rigides d’une bande dessinée.

L’après-Multiverse

Les univers de Michael Moorcock peuvent-ils être adaptés en bandes dessinées ? Au vu de tout ce qui précède, la réponse semble être un oui franc et massif. Cependant, il paraît évident que toutes ces adaptations, aussi réussies soient-elles, ne rendent qu’imparfaitement la complexité des œuvres de Moorcock. Chacune de ces bandes dessinées ne reflète qu’un aspect du monde qu’elle explore et une seule facette du héros qu’elle présente. Là où un héros tel que Conan, inspiré des romans et nouvelles de Robert E. Howard, prend une nouvelle dimension grâce aux dessinateurs qui lui donnent visage et corps, les héros de Michael Moorcock, tout au contraire, en perdent. Alors que le barbare se dote d’un caractère de plus en plus complexe au fil de ses aventures, Elric, Hawkmoon, Corum et les autres semblent bien simplistes comparés à leur contrepartie romanesque. Comme s’il était nécessaire de simplifier l’œuvre de Moorcock pour la rendre abordable aux lecteurs de bandes dessinées. Avec de tels raisonnements, l’adaptation ultime de l’œuvre de Michael Moorcock en bande dessinée n’a pas encore vu le jour. Et après tout, c’est peut-être heureux...




Elric et compagnie

(principaux travaux BD)
1971
« Elric le nécromancien » (scénario de Michel Demuth et dessins de Philippe Druillet - in Spirits)
1972
Conan the Barbarian n°14 et 15 (scénario de Roy Thomas et dessins de Barry Smith - Marvel Comics)
1975
« Behold the Man » (scénario de Doug Moench et dessins d’Alex Niño - in Unknown Worlds of Science Fiction n°6/Marvel Comics) VF. « Voici l’homme », in L’Echo des Savanes Spécial USA n°14/Editions du Fromage - 1979)
1976
« Prisoner of Pan Tang » (scénario d’Eric Kimbal sur une idée originale de Steven Grant et dessins de Bob Gould - in Star*Reach n°6/Star*Reach Productions) VF. « Le Prisonnier de Pan Tang » in L’Echo des Savanes Spécial USA n°10/Les Editions du Fromage - 1979)
1979
« Elric of Melniboné » (scénario et dessins de Frank Brunner - in Heavy Metal/HM Communications)
The Swords of Heaven, the Flowers of Hell (scénario et dessins de Howard Chaykin - HM Communications) VF. Les Epées du ciel, les fleurs de l’enfer in Fantastik n°1 à 5/Campus Editions - 1981-82)
1980
« Dreaming City » (scénario de Roy Thomas et dessins de P. Craig Russell - in Epic Illustrated n°2 et 3/Marvel Comics) VF. « La Cité qui rêve » in Epic n°2/Editions Aredit - 1983)
« While the Gods Laugh » (scénario de Roy Thomas et dessins de P. Craig Russell - in Epic Illustrated n°14/Marvel Comics) VF. Elric: La cité qui rêve - Editions Aredit - 1983)
1983-84
Elric n°1 à 6 (scénario de Roy Thomas, dessins de Michael T. Gilbert, crayonnés, encrage et couvertures de P. Craig Russell - Pacific Comics)
1985-86
Elric: The Sailor of the Seas of Fate n°1 à 7 (scénario de Roy Thomas, dessins de Michael T. Gilbert et encrage de George Freeman - First Comics)
1986
Hawkmoon: Jewel in the Skull n°1 à 4 (scénario de Gerry Conway, dessins de Rafael Kayanan et encrage d’Alfredo Alcala & Rico Rival - First Comics)
1986-87
Elric: Weird of the White Wolf n°1 à 5 (scénario de Roy Thomas, dessins de Michael T Gilbert et encrage de George Freeman, plus « Dreaming City » et « While the Gods Laugh » par P. Craig Russell - First Comics)
1987
Hawkmoon: The Mad God’s Amulet n°1 à 4 (scénario de Gerry Conway, dessins de Rafael Kayanan et encrage de Rico Rival - First Comics)
The Chronicles of Corum n°1 à 4 - The Knight of Swords (scénario de Mike Baron, dessins de Mike Mignola et encrage de Rick Burchett & Kelley Jones - First Comics)
1987-88
Elric: The Vanishing Tower n°1 à 6 (scénario de Roy Thomas, dessins de Jan Duursema et encrage de Jan Duursema & Nicholas Koenig - First Comics)
Hawkmoon: The Sword of the Dawn n°1 à 4 (scénario de Roger Salick, dessins de Rafael Kayanan et couvertures de Dave Dorman - First Comics)
The Chronicles of Corum n°5 à 8 - The Queen of Swords (scénario de Mike Baron, dessins de Mike Mignola & Jackson Guice et encrage de Rick Burchett & Kelley Jones - First Comics)
1988
Hawkmoon: The Runestaff n°1 à 4 (scénario de Roger Salick et dessins de Rafael Kayanan - First Comics)
The Chronicles of Corum n°9 à 12 - The King of Swords (scénario de Mark Shainblum, dessins de Ken Hooper & Jill Thompson et encrage de Kelley Jones - First Comics)
1988-89
Elric: The Bane of the Black Sword n°1 à 6 (scénario de Roy Thomas, dessins de Mark Pacella et encrage de Nicholas Koenig - First Comics)
1989
Corum: The Bull and the Spear n°1 à 4 (scénario de Mark Shainblum, dessins de Jill Thompson et encrage de Kelley Jones - First Comics)
1997
Elric: Stormbringer n°1 à 7 (scénario et dessins de P. Craig Russell - Dark Horse Comics-Topps Comics)
1997-98
Michael Moorcock’s Multiverse n°1 à 12 (scénario de Michael Moorcock, dessins de Walter Simonson, Mark Reeve & John Ridgway et couvertures de Walter Simonson - Helix Comics-DC Comics)
2013
Elric : Le Trône de rubis (scénario de Julien Blondel, dessins de Didier Poli, Robin Recht et Jean Bastide – Glénat)